Les banques virtuelles de plus en plus populaires

Les banques en ligne comptent de plus en plus d’adeptes au fil des années. Leur principal atout réside dans leurs frais bancaires intéressants. Face à cette popularité, la première néo-banque devrait même très prochainement faire son entrée en bourse. Un signe de bonne santé pour ces organismes adeptes du tout numérique.

Un système en pleine évolution

Aujourd’hui, un Français sur quatre possède au moins un compte sur une banque en ligne. Même si les banques traditionnelles gardent une part écrasante du marché (93 % des Français leur font confiance pour leur compte principal), les banques en ligne et les néo-banques voient le nombre de leurs souscripteurs augmenter chaque année. Par ailleurs, 24 % des Français, qui n’ont aucun lien avec des banques virtuelles, déclarent s’y intéresser de très près et avoir l’envie d’y ouvrir prochainement un compte.

Techniquement, ces chiffres montrent que beaucoup de consommateurs sont désireux de tester le système numérique, mais qu’ils ont encore peur de se lancer. Pourtant, une enquête de UFC-Que choisir en 2019 a montré que le taux de satisfaction moyen des Français était supérieur pour les banques en ligne : 93 % pour ces dernières, contre 79,2 % dans le cadre des établissements bancaires physiques. Les participants à l’enquête ont notamment mis en avant la grille tarifaire plus intéressante et la qualité du service client.

Prendre garde aux coûts cachés

Il existe un outil qui peut rassurer les Français qui souhaitent se lancer dans l’aventure : c’est le comparatif de banques en ligne. Cette analyse permet de faire le bon choix et de s’y retrouver au milieu de toutes les formules proposées, toutes plus tentantes les unes que les autres. Les banques en ligne ont des frais bancaires très avantageux et de nombreuses modalités complètement gratuites (ouverture du compte, carte bancaire…).

Si elles peuvent se permettre ce bas prix, c’est parce que leurs produits et leurs services sont dématérialisés, donc beaucoup moins coûteux. Une véritable aubaine pour beaucoup de Français quand on sait que la moyenne de la facture bancaire s’élèvera à 216,70 euros pour l’année 2021, concernant les banques traditionnelles.

Cependant, il faut faire attention aux coûts cachés. Une carte bancaire gratuite peut, par exemple, être soumise à de nombreuses conditions d’utilisations qui ont un coût. Fortuneo facture trois euros à ses souscripteurs si sa carte n’est pas utilisée au moins une fois par mois. Idem du côté de Boursorama, qui commissionne 5 à 15 euros. De plus, même si aucune n’inflige de commission d’intervention, elles sont, en parallèles, très peu à accorder des autorisations de découvert dans leurs formules.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informé

Articles récents