Tracé au sol handicap

Le point sur les normes concernant l’accessibilité d’un lieu public

En France, depuis 2005, les lieux publics doivent être accessibles à toute personne, y compris les personnes en situation de handicap. Pour cela, certains bâtiments et espaces doivent intégrer des dispositifs pour faciliter le déplacement de tous. Dans ces lieux, la loi impose par ailleurs au personnel en contact avec le public d’assurer un accueil adapté à tout le monde. Quelles sont ces normes d’accessibilité communes applicables dans les endroits publics ?

La bande podotactile pour les malvoyants

La bande podotactile est une surface rugueuse qui permet d’alerter les personnes atteintes d’un handicap visuel à l’approche d’un danger. Ils peuvent aisément la reconnaître au toucher avec leurs pieds ou leurs cannes. Encore appelées bandes d’éveil de vigilance, les bandes podotactiles annoncent généralement : des escaliers, un obstacle, un passage piéton, la sortie d’une zone sécurisée (bord des quais de voies ferrées), un changement de niveau (bordure de trottoir)…

Chaque dalle est composée de dômes espacés de 3,75 cm et placés en quinconce. La loi impose d’installer des surfaces podotactiles en haut de chaque escalier de plus de 3 marches. La largeur d’une bande doit être assez grande afin d’être détectée par la canne ou le pied de la personne handicapée. La valeur standard est de 58,75 cm, mais une largeur minimale de 40 cm est tolérée pour les établissements recevant du public.

La couleur de la surface doit quant à elle nécessairement être contrastée par rapport à son environnement. En France, les bandes d’éveil de vigilance sont régies par la norme AFNOR NF P98-351, publiée en 2010.

Le choix des clous podotactiles se fait en fonction de la nature du sol et de l’emplacement de pose (intérieur ou extérieur). L’offre dans ce domaine est très diversifiée. On retrouve entre autres sur le marché des bandes podotactiles en inox, en laiton ou encore en aluminium. Pour trouver le type de clou le plus adapté à votre projet, vous pouvez contacter un fournisseur spécialisé. Ce dernier sera en mesure de vous accompagner dans le choix de la dalle idéale.

Clou podotactile

Les rampes pour les accès handicapés

Lorsque l’accès à un lieu public présente une dénivellation, la loi impose l’installation d’une rampe (une sorte de plancher incliné) pour faciliter la tâche aux personnes en fauteuil roulant. Comme les bandes podotactiles, la surface de la rampe doit avoir une couleur contrastée par rapport à l’environnement. Elle doit également être non glissante pour un passage aisé. Le pourcentage de pente à respecter varie entre 5 et 10 % selon la hauteur du dénivelé.

La loi autorise trois types de rampes dans les lieux publics :

  • Permanentes ;
  • Inclinées permanentes ou posées ;
  • Amovibles (automatiques ou manuelles).

Quel que soit le type de rampe installé, elle doit être en mesure de supporter une charge minimale de 300 kg.

La main courante ou barre d’appui

La main courante ou barre d’appui est indispensable pour sécuriser les escaliers des lieux publics. On l’installe également dans les couloirs de certains bâtiments. Elle sert de guide pour les malvoyants ou non-voyants, et leur évite de chuter ou de se blesser. Cette barre d’appui doit nécessairement être installée dans tous les escaliers qui possèdent 3 marches et plus (des deux côtés). On peut également l’installer sur des marches isolées.

La largeur minimale entre les deux mains courantes d’un escalier est de 1,20 m dans les lieux publics et les ERP nouvellement construits. Pour les bâtiments existants, elle est de 1 m. Pour permettre à tout le monde de prendre appui, la loi impose d’installer la barre à une hauteur comprise entre 80 cm et 1 m. Dans les lieux publics qui accueillent de nombreux enfants, la main courante peut être doublée de 30 cm en dessous de la barre principale.

La barre d’appui est un élément de ligne-guide. C’est pourquoi elle doit être continue et ininterrompue. Pour éviter de blesser les usagers, il faut installer des barres arrondies, sans angles aigus et sans bords coupants. Il faut également prendre soin de choisir une matière rigide et adéquate qui facilite la prise en main. Les mains courantes en corde sont à éviter.

Par ailleurs, quand vous installez une main courante, pensez à laisser suffisamment d’espace entre le dispositif et le mur afin de permettre à la main de se refermer sans problème. Enfin, la barre doit être d’une couleur qui contraste bien avec la couleur du mur.

La plaque Picto Braille ascenseur

Boutons d'ascenseur

Le référentiel AFNOR BP P 96-104 stipule que « la signalétique est nécessaire pour la communication interne et externe dans un établissement recevant du public ». Lorsqu’un ascenseur ou un escalier est présent dans un lieu public, il est donc indispensable de l’indiquer à travers une plaque signalétique. Cette dernière, placée à une hauteur située entre 1 m 45 et 1 m 75 du sol, doit comporter :

  • Un pictogramme ;
  • Un texte ;
  • Une inscription en braille ;

Le pictogramme doit présenter un visuel contemporain que les malvoyants peuvent facilement identifier. Le texte quant à lui a une hauteur minimale de 13 mm. Quant à l’inscription en braille en relief, elle doit être inscrite sur une plaque PVC transparente antireflet.

Ce dispositif signalétique doit également être présent à l’entrée des toilettes et au niveau du parking.

Des portes et des sanitaires adaptés

À l’instar de toutes les autres installations d’un espace accessible au grand public, les portes doivent répondre aux normes d’accessibilité pour les handicapés. Leur largeur doit être suffisamment grande pour laisser passer un fauteuil roulant sans problème. En général, une porte adaptée aux personnes à mobilité réduite doit avoir une largeur minimale de 90 cm, avec 83 cm de passage utile. Ce chiffre passe à 1,40 m pour les bâtiments qui reçoivent plus de 100 personnes. Les poignées doivent également être faciles à actionner et agréables au toucher.

Dans les toilettes publiques, il faut un éclairage cohérent avec plusieurs sources lumineuses. Il est conseillé d’utiliser des ampoules puissantes de 75 à 100 watts. Évitez également les surfaces brillantes comme les baies vitrées et les peintures laquées. Leurs effets réfléchissants peuvent provoquer des accidents.

Que retenir ? Les normes d’accessibilité permettent aux personnes handicapées de circuler librement et avec facilité dans les lieux publics. Tout établissement qui reçoit du public doit respecter ces réglementations pour ne pas s’exposer à de lourdes sanctions pénales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *