Une nouvelle molécule pour lutter contre la dépendance aux drogues a été découverte

Les recherches scientifiques autour de l’usage du cannabis médical vont de bon train. Certaines études, en provenance du monde entier, louent les mérites du cannabidiol (CBD) extrait de la plante de Cannabis pour ses vertus thérapeutiques. Une nouvelle molécule, appelée AEF0117, vient d’être mise en exergue par les chercheurs-scientifiques pour traiter les troubles liés à la consommation de drogues.

La biotechnologie française se penche sur le cannabis

Reconnu pour ses bienfaits par les scientifiques, le CBD, contrairement au tétrahydrocannabinol (THC), attire l’attention des spécialistes du secteur pharmaceutique et médical. La découverte récente d’une molécule permettrait de lutter contre les effets néfastes de la consommation de cannabis.

Spécialisée dans les maladies du cerveau, les chercheurs et neurobiologistes d’une start-up bordelaise, Aelis Farma, se sont penchés sur les maladies liées à la consommation de THC. Leurs premiers essais ont été concluants sur les effets de dépendance et de psychose suite à la prise de THC sous toutes ses formes.

Au cours de la dernière décennie, la consommation de cannabis illégal en France s’est aggravée. Près de 3,9 millions de Français avouent en avoir déjà consommé et environ 1,2 million sont des consommateurs réguliers. Parmi ces consommateurs réguliers, un tiers ont une consommation jugée problématique et 10 % sont au stade de la dépendance.

Bientôt un médicament contre la dépendance aux drogues ?

En développant un médicament qui traite les troubles liés à la consommation de drogues, grâce à la molécule AEF0117 développée par ces ingénieurs, la start-up attire les investisseurs du milieu pharmaceutique. À l’avenir, si les essais cliniques sont positifs, le monde médical se félicitera d’une telle découverte.

Selon une étude du Monde, le CBD est partiellement ou totalement accessible à 18 % de la population mondiale, ce qui représente 1,4 milliard de personnes. Le CBD fait partie d’une famille de 144 cannabinoïdes que l’on retrouve dans le cannabis. Contrairement au THC, qui est présent dans le chanvre, le CBD n’a aucun effet psychotrope.

L’usage du CBD pour traiter certaines addictions

En 2019, des chercheurs en neurobiologie d’universités canadiennes, américaines et italiennes ont menés une étude sur la production de sérotonine par le biais d’une consommation de cannabidiol. Appelée hormone du bonheur, la sérotonine régule l’humeur, le stress et le sommeil.

De plus, des recherches menées sur des animaux permettraient d’intégrer l’usage du CBD dans le traitement de l’addiction à la cocaïne. Bien qu’il n’est pas encore possible de réaliser des essais sur des patients, les chercheurs continuent de comparer leurs résultats. Plus les recherches scientifiques sur le CBD avancent, plus ses bienfaits thérapeutiques sont découverts.

Les vertus relaxantes du CBD sur l’organisme

Que ce soit au niveau de ses propriétés anticonvulsifs, anti-inflammatoires, antioxydants ou anti-dépresseurs, le cannabidiol réserve encore de nombreuses surprises aux scientifiques, tant les études menées sur son sujet sont récentes.

Depuis ces dernières années, de nombreux entrepreneurs exploitent les vertus vantées du cannabidiol. Sur certains sites en ligne, de nombreux professionnels proposent un catalogue vaste et varié de produits au CBD.

Une expérience sur le cannabis médical est en cours

Le 26 mars 2021 est une date clé pour le cannabis thérapeutique en France. Cette dernière marque le début d’une expérimentation du cannabis médical pour une période de deux ans. Ce ne sont pas moins de 3 000 patients qui souffrent de maladies graves, comme la sclérose en plaques, l’épilepsie ou les douleurs neuropathiques, qui ont été sujets à un traitement à base de cannabis thérapeutique.

Le traitement se présente sous forme d’huiles et de fleurs séchées. Il n’est pas du tout question de rouler un joint de cannabis pour le fumer. Durant la période d’essai du traitement, les personnes atteintes de maladies graves sont accompagnées par des médecins pour respecter le protocole médical strict qui est imposé.

Des décisions de justice européenne autour du CBD en France

Suite à une décision de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) à la mi-novembre 2020, la France s’est vue refusée d’interdire la vente de produits à base de CBD. L’Europe considère donc que le CBD ne peut être catégorisé comme étant un stupéfiant. Dans son arrêté, le CJUE affirme que le CBD n’a pas d’effet psychotrope, ni nocif sur la santé humaine, en connaissance des données scientifiques.

La Cour de cassation rectifie un arrêté suite à la pression de la CJUE

La Cour de cassation en France est venue appuyer les propos de la Cour de justice de l’Union européenne. En se basant sur un arrêté datant du 22 août 1990, elle définit la légalisation de vente du CBD en vertu d’une seule variété de pousse de cannabis.

Pour être commercialisés, les produits dérivés de la plante de cannabis doivent contenir moins de 0,2 % de THC et être obligatoirement être issus d’une variété spécifique, la Sativa L. Les autres variétés telles que l’Indica et le Ruderalis sont caractérisées par de trop forts taux en THC, les rendant non légales à la commercialisation.

Cette décision, prise par les instances juridiques européennes et françaises, est venue réconforter les gérants des nombreuses boutiques de vente de CBD en France. Se sentant considérés comme des narcotrafiquants aux yeux de la justice française depuis quelques années, les commerçants du CBD se sentent soulagés de pouvoir continuer leurs activités commerciales sans être inquiétés par la justice.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informé

Articles récents