De la PACES au PASS : l’ouverture de places supplémentaires en médecine

Les étudiants en médecine se sont longtemps retrouvés en difficulté lors de leur Première Année Commune aux Études de Santé (PACES). Le numerus clausus du concours à l’issue de cette première année, trop sélective, empêchait de nombreux étudiants de poursuivre dans la voie médicale. Depuis la rentrée 2020, pour palier ce problème, la PACES a été remplacée par la prépa PASS. Zoom sur ce nouveau dispositif.

De la PACES à la prépa PASS

Depuis 2010, de nombreuses réformes ont vu le jour, destinées à améliorer la situation des étudiants qui souhaitent se lancer dans des études de médecine. En effet, selon les facultés, le taux de réussite au concours à l’issue de cette Première Année Commune aux Études de Santé (PACES) se situait entre 10 % et 30 %. De nombreux étudiants se retrouvaient donc « sur le carreau » et en grande difficulté pour pouvoir par la suite se réorienter. Depuis la rentrée 2020, le numerus clausus a laissé place au numérus apertus et la PACES a été remplacée par la prépa PASS.

En 1971, un numerus clausus était mis en place pour pouvoir contrôler l’entrée dans les filières médicales. Cette sélection stricte a été établie par le gouvernement pour faire face à la demande croissante des étudiants dans ce secteur. Le numerus clausus était également destiné à améliorer les conditions de stage dans les hôpitaux en réduisant le quota d’étudiants en médecine. Aujourd’hui, la situation a changé et la période Covid a éveillé les esprits. On manque cruellement de soignants, il convient donc de recruter davantage. La réforme de la PACES a remplacé le numérus clausus par le numerus apertus. C’est donc à présent à chaque université, en concertation avec l’Agence Régionale de Santé, de déterminer le nombre de places ouvertes en 2ᵉ année de médecine, en fonction notamment des besoins locaux.

Depuis 2020, la PACES a donc laissé place au PASS (Parcours d’Accès Spécifiques Santé). Ce dernier prépare toujours aux filières de la Médecine, de la Maïeutique, de l’Odontologie, de la Pharmacie et de la Kinésithérapie (MMOPK), il est accessible à partir d’une inscription sur Parcoursup. Suite à la première année de médecine, les facultés établissent une moyenne à partir de laquelle les étudiants sont acceptés en deuxième année. Pour tous les autres, qui n’auraient pas réussi le concours d’entrée, le dispositif prévoit la possibilité d’une inscription en 2ᵉ année de Licence grâce à un transfert des ECTS. Depuis 2020, le redoublement en PASS est interdit.

Le choix entre le PASS ou la L.AS

Pour tous ceux qui sont sûrs de la spécialité qu’ils souhaitent exercer, mieux vaut se diriger vers une préparation PASS. L’inscription en première année de médecine se réfléchit dès l’année de terminale. En effet, certains organismes proposent de préparer la PASS à Paris  pour effectuer une transition en douceur et se préparer au concours d’entrée difficile, qui ne peut être tenté que deux fois. Il est donc très important de pouvoir mettre, très tôt, toutes les chances de son côté pour pouvoir accéder à la deuxième année de médecine. La PASS présente également l’avantage de pouvoir se préparer à la charge de travail qui va suivre dans les années suivantes. L’inscription dans ce dispositif est donc ouverte à tous les étudiants en Licence 1 santé qui souhaitent bénéficier, en parallèle de leur année universitaire, d’une préparation intensive au concours d’entrée.

Si la L.AS (Licence avec option Accès Santé) est davantage utilisée comme l’option de repli lorsque l’on n’est pas accepté en deuxième année de médecine, de nombreux étudiants choisissent d’entrer directement en L.AS. Il faut savoir que le PASS s’adresse aux étudiants convaincus de leur vocation pour le domaine médical. Il offre un panel de formations ciblées dans le secteur de la santé MMOPK, mais des domaines tels que le droit ou la psychologie restent des options mineures. Ainsi, pour tous les étudiants qui ne seraient pas persuadés de poursuivre dans la voie médicale ou qui ne sont pas certains de la spécialité qu’ils souhaitent exercer, mieux vaut se diriger vers une inscription en L.AS. Par la suite, de nombreuses formations existent pour des métiers moins connus, à travers des masters dans le domaine de la « santé public », de « l’ingénierie de la santé » ou encore des « sciences du médicament ».

Le programme de la prépa PASS

Les prépas PASS proposent de nombreux stages, à effectuer dès la fin de l’année de Terminale. Elles s’adaptent au rythme de chaque étudiant et l’accompagnent durant toute son année universitaire à travers un taux horaire de 4h à 6h, réparties sur 1 à 3 séances.

Les prépas annuelles PASS ont pour objectif :

– D’aider à l’assimilation d’un volume conséquent de connaissances, qui représenterait en temps normal de nombreuses heures de travail.

– D’acquérir des automatismes et des méthodes de travail qui seront très précieuses dès la deuxième année de médecine.

– De valider régulièrement ses acquis à travers des examens blancs

– De se forger un mental d’acier. Les études en médecines sont longues, difficiles et peuvent être très stressantes. La prépa PASS représente donc une réelle opportunité pour tous ceux qui souhaitent poursuivre leurs études en toute sérénité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informé

Articles récents