Sommes-nous tous égaux face au burn-out ?

Le burn-out est un état de fatigue extrême qui peut être physique, mental et émotionnel. Il est provoqué par la dégradation du rapport d’un travailleur à son emploi. Cet état apparait lorsque l’employé ou l’entrepreneur ressent un grand écart entre ses expectations, l’idée qu’il se faisait de son métier et la réalité qu’il vit au quotidien. Autrement dit, face à des situations professionnelles qui entrainent un stress de grande envergure, le travailleur n’arrive plus à gérer. Cet épuisement professionnel frappe aussi bien les femmes que les hommes. Mais tous les travailleurs sont-ils égaux face à ce syndrome ? Réponses dans la suite de ce billet.

Comment savoir que l’on vit un burn-out ?

Avant de vous présenter les signes de l’épuisement professionnel, il convient de rappeler qu’il ne s’agit pas d’une maladie mentale, mais plutôt d’un syndrome, car son traitement revient à traiter les symptômes qu’il provoque.

Les principaux symptômes du burn-out sont :

– une fatigue émotionnelle, psychique et physique extrême. Le travailleur a lors l’impression d’être totalement vidé de son énergie. Les périodes de repos qu’il réussit à s’accorder (nuit, week-end, congés, etc.) ne suffisent pas à soulager son épuisement,

– une attitude cynique au travail : afin de se protéger de la déception qu’elle ressent parce qu’elle n’arrive plus à gérer le stress et à bien faire son travail, la personne en situation de burn-out se désengage de ses attributions professionnelles et devient moins humaine avec ses collègues et les autres personnes qu’elle est appelée à côtoyer. De fait, elle adopte un comportement dur, négatif, voire rabaissant face aux autres,

– le travailleur peut également se dévaloriser et considérer qu’il n’est pas à la hauteur du poste qu’il occupe.

Dans certains cas, les symptômes ne sont pas évidents ou alors le professionnel pense qu’il est touché par une déprime passagère : dans ce cas, le syndrome peut être diagnostiqué grâce à un test de burn-out qui évalue l’atteinte psychologique au travail.

Grâce à l’étude des conséquences du stress chronique, ce test comporte 22 questions qui permettent d’explorer 3 dimensions chez la personne touchée : l’épuisement émotionnel, qui est une conséquence de la manière dont la personne perçoit son travail, la déshumanisation, qui représente la capacité à gérer sa relation avec les personnes qui l’entoure, et son degré d’accomplissement personnel dans son métier.

Si les scores d’épuisement professionnel et de perte d’empathie sont élevés et que le score d’accomplissement personnel est faible, la personne qui subit le test est en burn-out.

homme burn out

Les femmes sont-elles plus touchées par le burn-out que les hommes ?

Selon une étude annuelle effectuée par le cabinet de conseil américain McKinsey & Leanin.org, l’épuisement professionnel a touché 42 % des femmes au travail contre 35 % pour les hommes cette année. L’année précédente, elles étaient 32 % à sentir cet état de fatigue extrême contre 28 % dans le rang des travailleurs masculins.

Plusieurs raisons expliquent cet état de fait. En premier lieu, la crise engendrée par la pandémie a aggravé la fatigue de tous les employés. Mais plus de femmes envisagent de mettre une pause à leur carrière, car la charge mentale et physique serait trop lourde.

Ensuite, il ne faut pas perdre de vue le fait que les femmes sont soumises à une pression permanente : réussir à mener de front leur vie personnelle et professionnelle, notamment lorsqu’elles sont mères et épouses. Par contre, les hommes ne sont pas vraiment touchés par ce stress quotidien.

Enfin, les femmes consacrent plus de temps à apporter du soutien à leurs collègues. Pour 100 hommes promus à un poste plus élevé, seulement 86 femmes le sont. Cela constitue déjà un handicap, qui est aggravé par le fait que les femmes veulent faire avancer d’autres femmes lorsqu’elles évoluent. Une charge de travail supplémentaire dont les hommes ne s’embarrassent pas du tout.

Comment sortir du burn-out ?

Plusieurs méthodes existent pour guérir le burn-out. Dans certains cas, un arrêt de travail plus ou moins long peut s’avérer très salvateur. Le professionnel s’octroie du temps afin de se reposer et de prendre le recul nécessaire pour améliorer sa situation au travail.

Une psychothérapie ou des thérapies comportementales et cognitives sont également indiquées pour éviter une rechute. En plus de ces traitements, adopter une hygiène de vie plus saine et faire du sport est aussi efficace.

Installer une application anti-stress est une nouvelle technique pour prévenir le burn-out, mais aussi pour s’en sortir rapidement. Grâce à ce programme, les personnes souffrant d’anxiété ou de stress peuvent se soulager sans l’aide d’un thérapeute, ou en complément d’une thérapie selon l’intensité des symptômes. Ce type d’application propose généralement des exercices de respiration et de méditation qui permettent à l’utilisateur de se détendre et d’améliorer sa concentration.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restez informé

Articles récents