Négociations avec la Russie : Dmytro Kouleba dénonce un piège pour l’Ukraine, malgré l’appel au dialogue de Moscou

A lire aussi

Frederic M.
Frederic M.
Je suis Frédéric, 54 ans, maître de l'univers numérique. Rédacteur web ? Pfff, plutôt chasseur de typos et jongleur de mots. Avec une tasse de café et mon clavier, je danse sur la toile, exerçant mon art à la Picasso.

En tant que digne représentant de son pays, Dmytro Kouleba, ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, a fait part de son inquiétude concernant la possibilité de négociations entre l’Ukraine et la Russie. Selon lui, seules les personnes «mal informées» ou induites en erreur envisagent cette option.

N’aucun apaisement issu des négociations antérieures

Insistant sur le passé récent des relations tendues entre les deux pays, Kouleba rappelle que l’Ukraine a déjà participé à deux cent cycles de négociations avec la Russie depuis 2014. Malgré cela, Vladimir Poutine, le président russe, n’a pas hésité à lancer une attaque brutale contre l’Ukraine.

La position des alliés de l’Ukraine

Devant l’absence de mouvements significatifs sur le front et des inquiétudes croissantes quant à la capacité de soutien des pays de l’Ouest, certains alliés de Kiev ont suggéré l’idée de pourparlers de paix avec la Russie. Une proposition que Kouleba condamne fermement, refusant de «tomber dans ce piège».

Une série d’accords de paix inaboutis

Les accords de paix dits «de Minsk», conclus sous la médiation franco-allemande en 2014 et 2015, ont certes réussi à diminuer l’intensité des hostilités dans l’est de l’Ukraine, mais n’ont pas réussi à les stopper. Les rencontres directes entre Poutine et les deux présidents ukrainiens successifs, Petro Porochenko et Volodymyr Zelensky, n’ont pas non plus permis d’atteindre une paix durable.

Le refus de Zelensky de négocier sous occupation

Le président Zelensky a été clair : tant que les troupes russes sont présentes sur le sol ukrainien et que Poutine reste aux commandes, toute négociation avec la Russie est exclue.

Une nécessité de dialogue selon Moscou

Pour sa part, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, estime qu’il n’est pas possible de battre la Russie sur le champ de bataille. Il juge donc que le dialogue est «absolument nécessaire», et assure que Moscou est «certainement prêt à le commencer».

Le point de vue de l’Ukraine sur cette question cruciale reste ferme: pas de négociation avec un pays occupant leur territoire.

Je suis Laurie, 29 ans, rédactrice web passionnée. Née avec le chant des cigales, élevée dans l'odeur de la lavande, je façonne mon univers numérique avec des mots soigneusement choisis pour vous apporter tout ce dont vous avez besoin.

Articles récents

Articles connexes